logo

    

Accueil  ·  Espace Membre  ·  Stats  ·  Livre d'or  ·  Calcul de la marée

- Jeudi 30 mars 2017 - 22:24 -

 

Sommaire


Puce Voyages et récoltes
Puce Bougainville et Cook
Puce Lapérouse
Puce Collectionneurs
Puce Hugh Cuming
Puce Malacologistes
Puce Publications
Puce Coquillage monnaie
Puce La pourpre royale
Puce Coquille héraldique

Collection


Puce Gros spécimens
Puce Les lambis
Puce Les strombes
Puce Les volutes
Puce Murex et cymatium
Puce Les cyprées
Puce Les cônes
Puce Les bivalves

Visiteurs en ligne

visites En ce moment:
0 membre et 2 visiteurs
38 visites aujourd‘hui
Record de visites:
17/04/08: 990 visites
Record de membres:
11/12/07: 1 membre
Record simultané:
17/04/08: 945 visiteurs
11/02/06: 1 membre

Visiteurs:

138096 visiteurs
depuis le 04/01/2006

Publications célèbres



CONCHYLIOLOGIE & MALACOLOGIE



Plus de 4000 livres et près de 91 000 articles et monographies traitant exclusivement des Mol­lusques ont été publiés depuis l’invention de l’imprimerie. Dans cette masse impressionnante, bien des ouvrages méritent d'être signalés, les uns pour leur beauté, d'autres pour leur valeur scientifique, quelques-uns à cause de leur rareté ou des circonstances singulières de leur publi­cation. Il faut aussi mentionner des livres importants, dont une partie est consacrée aux coquillages: Histoire des animauxd'Aristote (322 av. J.-C.), l'Histoire Naturelle de Pline (79 ap. J.-C.) et la dixième édition des Systema Naturae de Linné (1758). Tome I, partie 1 - Tome I, partie 2 - Tome II - Tome III.
Le premier livre imprimé consacré entière­ment aux coquillages fut publié à Rome en 1681 par un Jésuite italien, le Père Philippo Buonanni, sous le titre Récréation pour les yeux et l'esprit. Il exalte les vertus de la collection de coquillages et donne plusieurs centaines d'illus­trations de spécimens du monde entier. En 1685, parut en Angleterre la monumentale Historia Conchyliorum de Martin Lister, dont les belles reproductions en gravure sur bois ont longtemps servi de référence. Le premier ouvrage en plu­sieurs volumes à avoir été illustré de magnifiques planches en couleurs est celui de Georg W. Knorr, [2] - [3] Délices des yeux et de l'esprit (1760-­1773), qui comprenait primitivement six parties. Knorr était un peintre de Nuremberg; ce n'était pas un malacologiste, et il empruntait ses modèles à des collectionneurs hollandais, français et allemands. En 1769, le médecin hambourgeois Friedrich Martini [2] - [3] commençait la première publication scientifique illustrée, Neues systematisches conchylien cabinet. Malheureusement il ne se conformait pas au système de nomenclature binominal de Linné. Au XIXe siècle, avec la popularité croissante de la malacologie, et les progrès de la science aidant, plusieurs séries illustres furent éditées. Les Allemands commencèrent en 1838 la publi­cation du Conchylien Cabinet, de Heinrich Küster [2] - [3], qui se poursuivit avec des interruptions jusqu'en 1920, date à laquelle l'ouvrage compre­nait 100 volumes illustrés de 4000 gravures, pour la plupart en couleur. En France, Luis Kiener commença en 1834 un ouvrage qui fut terminé en 1879 avec l'aide de son successeur, Paul Fischer, et qui comprend dix volumes avec de fort belles illustrations. Cet ouvrage, Icono­graphie des coquillages vivants, est, avec les Illustrations conchyliologiques éditées de 1843 à 1853 par J.C. Chenu, l’oeuvre qui contient les gravures de coquillages les plus remarqua­bles. Les Anglais ont fait paraître deux grandes monographies, dont la plus importante est la Conchologia Iconica, de Lowell Reeve, compre­nant vingt tomes publiés de 1842 à 1887, et donnant la description de milliers d'espèces nouvelles. L'autre grand ouvrage est celui des trois Sowerby, grand-père, père et fils, Thesaurus conchyliorum (ci-contre), en cinq volumes, édités de 1842 à 1887. Aux Etats-Ums, George W. Tryon commença en 1879 son Manual of Conchology, dont les dix-sept premiers volumes sont consa­crés aux Mollusques marins. Les vingt-huit suivants, qui traitent des Mollusques terrestres, furent complétés en 1935 par Henry A. Pilsbry. La vogue des grandes monographies ne dura qu'un temps et fit place à des ouvrages conden­sés sous forme de manuels ou de répertoires, qui donnaient des informations sur la biologie ou la classification plutôt que des descriptions détaillées: Blainville publia son Manuel de Malacologie en 1825, S.P. Woodward son Manual of the mollusca en 1851 et R.A. Philippi son Manuel de Malacologie en 1853. Finale­ment, le guide le plus autorisé et le plus complet est le Manuel de Conchyliologie de Paul Fischer publié en 1887.
L'histoire de la malacologie compte une série de livres qui auraient mérité un meilleur sort. En 1811, George Perry éditait ainsi un volume de grand format, intitulé Conchology, qui contenait 61 gravures en couleur et mentionnait un grand nombre de genres et d'espèces décrits pour la première fois. Mais les illustrations étaient si étranges et impressionnantes que les spécialistes de l'époque essayèrent de faire table rase de « ces noms absurdes et de ces images de Grand-Guignol ». Un autre cas de conscience se posa aux scientifiques quand il s'agit d'enté­riner un catalogue de vente publié en 1798 par F.P. Röding, où l'auteur proposait de nom­breuses espèces nouvelles en se référant simple­ment aux planches du Conchylien Cabinet de Martini. Ce livre fut volontairement ignoré jusqu'en 1915, date où le malacologiste améri­cain W. H. Dall en exhuma une copie et commença à en supprimer une foule de noms bien connus, de genres et d'espèces déjà décrits par Lamarck.
Le poète américain Edgar Allan Poë fut, en 1839, l'« auteur » d'un livre intitulé Concholo­gist's First Book, qui fut réédité en 1843 et 1845. Ce livre reproduit presque mot pour mot The conchologist's Textbook de Thomas Brown, publié en Angleterre en 1833. Poë avait inno­cemment accepté d'écrire une courte introduc­tion pour faciliter la vente de l'édition améri­caine; mais l'éditeur présenta le livre comme une oeuvre d'Edgar Poë lui-même, et le monde littéraire cria au scandale, accusant le poète d'un plagiat dont il n'était en rien responsable.

Textes tirés d’après :
«Kingdom of the seashell par R. Tucker Abbott.
«coquillages de Polynésie» par B. Salvat et C. Rives.


Retour




© Conchylio 2006 Thème graphique inspiré de fiblue3d de phpbb
Créé avec PwsPHP

Valid CSS!

Page générée en 0.054 secondes avec 12 requetes
Réalisé avec Pwsphp® Version 1.2.3, distribué sous licence CeCILL