logo

    

Accueil  ·  Espace Membre  ·  Stats  ·  Livre d'or  ·  Calcul de la marée

- Jeudi 30 mars 2017 - 22:23 -

 

Sommaire


Puce Voyages et récoltes
Puce Bougainville et Cook
Puce Lapérouse
Puce Collectionneurs
Puce Hugh Cuming
Puce Malacologistes
Puce Publications
Puce Coquillage monnaie
Puce La pourpre royale
Puce Coquille héraldique

Collection


Puce Gros spécimens
Puce Les lambis
Puce Les strombes
Puce Les volutes
Puce Murex et cymatium
Puce Les cyprées
Puce Les cônes
Puce Les bivalves

Visiteurs en ligne

visites En ce moment:
0 membre et 2 visiteurs
38 visites aujourd‘hui
Record de visites:
17/04/08: 990 visites
Record de membres:
11/12/07: 1 membre
Record simultané:
17/04/08: 945 visiteurs
11/02/06: 1 membre

Visiteurs:

138096 visiteurs
depuis le 04/01/2006

Voyages de recherche, récoltes et récolteurs historiques



CONCHYLIOLOGIE & MALACOLOGIE



Les premiers voyageurs qui prirent la mer pour chercher des coquillages furent les Phéniciens : ils s'aventurèrent jusqu'aux îles Britanniques et firent le tour de l'Afrique à la recherche de nouveaux bancs de Murex producteurs de pourpre. D'autres grands voyages ont eu pour but les perles et les Porcelaines-monnaies.
Au XVIIe siècle et au début du XVIIIe, avant la dixième édition du Systema Naturae de Linné, qui, en 1758, marque le départ de la nomenclature binominale, les principales collections de coquil­lages appartenaient à des souverains et à de hauts personnages de la noblesse. Il ne s'était agi pendant longtemps que de rassemblements hétéroclites de curiosités naturelles, du monde animal et végé­tal, dans des cabinets d'histoire naturelle comme celui de John Tradescant (ci-contre), au service vers 1625 du duc de Buckingham. Ces premières collections ne comprennent pas encore de coquillages des mers du Sud.

A la suite du voyage de Magellan, qui, le premier, traversa le Pacifique (novembre 1520 à mars 1521 ), les navigateurs cherchèrent à rallier les Moluques et les Philippines soit par le détroit de Magellan, soit à partir du Mexique. Or, ces expédi­tions maritimes, outre qu'elles n'ont à l'époque aucun objectif scientifique mais uniquement des fins commerciales, ont sillonné le Pacifique-Nord sans pénétrer les mers du Sud. Il faut attendre le voyage de Mendana pour que la première île de Polynésie orientale soit découverte le 21 juillet 1595 lorsqu'il aborde à Magdelena (Fatu Hiva) aux Marquises.

Au tout début du XVIIe siècle, c'est à Queiros et à Schouten que revient le mérite de découvrir les premiers atolls de l'archipel des Tuamotu, en parti­culier Anaa en 1606 d'où un célèbre récolteur du nom de Hugh Cuming allait ramener deux siècles plus tard des milliers de coquillages. Mais les der­niers atolls de cet archipel ne sont découverts qu'en 1826 par Beechey, comme Fangataufa et Vanavana. Tahiti, et les autres îles du Vent, ne sont découvertes qu'en 1767 par Wallis qui pré­cède Cook de deux ans et à qui revient la décou­verte des îles Sous-le-Vent.
C'est avec Bougainville que débutent dans le Pacifique les explorations scientifiques; il séjourne à Tahiti en 1768. Les îles Gambier ne sont aper­çues pour la première fois par des Européens qu'en 1797 par Wilson, les Australes enfin sont découvertes entre 1769 et 1811.

La première grande expédition scientifique au Nouveau Monde fut financée et organisée en 1799 par le grand naturaliste allemand Alexander Von Humboldt. Avec le botaniste Aimé Bonpland, il passa cinq années fructueuses à parcourir les régions inexplorées du nord de l'Amérique du Sud. En 1826, une autre expédition, conduite par Alcide d'Orbigny dans le sud de l'Amérique du Sud, pour le compte du Muséum de Paris, donna lieu à la publication d'un ouvrage considérable sur les Mollusques.

C’est donc dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, conjointement au développement des sciences en Europe, et motivés par le désir d'élargir les connais­sances, que les voyages de Bougainville et de Cook furent sans aucun doute les premières expéditions pouvant être qualifiées de scientifiques. C'est à partir de cette époque que les premiers naturalistes embarquent sur les bateaux et que les équipages rapportent en Europe des coquillages répondant: à une curiosité qui ne fait qu'augmenter à chaque retour d'expédition. Lorsqu'il n'y a pas de naturaliste à bord, ce sont les médecins chirurgiens de la marine qui réalisent un magnifique travail, et plusieurs d'entre eux devinrent d'éminents spécialistes. Quelle fut la moisson de ces toutes premières expéditions ?
Que sont devenues les collections recueillies ? Quels sont les principaux noms de marins ou naturalistes qui découvrirent ces coquillages en Polynésie où presque toutes les espèces sont maintenant bien répertoriées ?
Nous tenterons de répondre à ces questions suivant un ordre chronologique.

Textes tirés d’après :
«Kingdom of the seashell par R. Tucker Abbott.
«coquillages de Polynésie» par B. Salvat et C. Rives.


Retour




© Conchylio 2006 Thème graphique inspiré de fiblue3d de phpbb
Créé avec PwsPHP

Valid CSS!

Page générée en 0.035 secondes avec 12 requetes
Réalisé avec Pwsphp® Version 1.2.3, distribué sous licence CeCILL